Dent@l-Infos #275

Dent@l-Infos #275                                                                                      01-04-2018

Hygiénistes dentaires en Belgique : c'est fait !

Hygiénistes dentaires en Belgique : c'est fait !

 

En ce 30 mars a été publié au Moniteur belge l’Arrêté royal et ses annexes qui crée la profession d’ hygiéniste bucco-dentaire, en définit la formation et les contours de son exercice.

La SMD est satisfaite que se concrétise enfin 15 années de travaux à ce propos.

Le Conseil de l’Art dentaire avait déjà remis un Avis à la Ministre ONKELINX en mars ... 2013.

Sans suite. Les travaux ont repris conjointement avec la Commission technique des professions paramédicales qui remis un Avis à la Ministre Maggie De Block en juin 2017.

Si on suit l’exemple de nombreux pays, l’hygiéniste bucco-dentaire centrera son activité sur les actes de détartrage, d’instructions d’hygiène, de maintenance parodontale, de soutien aux soins dentaires.

Une déception toutefois : la Ministre De Block n’a pas suivi intégralement les avis des 2 Conseils, risquant de mettre à mal l’intégration de cette nouvelle profession dans l’« équipe dentaire ».

En effet, elle n’a pas suivi la classification des différents actes dans les 3 catégories d’actes proposés : actes autonomes, actes sur prescription, actes confiés (sous supervision).

La SMD constate par ailleurs l’asymétrie que nous vivons entre la Flandre et les autres régions du pays. En effet, la formation (Bachelier en 3 ans) a débuté en Flandre depuis 2016. Les premiers diplômés seront promus en juin 2019. Et ils seront très nombreux, la formation recueillant un grand succès.

En juin 2019, la formation n’aura pas encore débuté dans la partie francophone du pays.

La SMD n’a pourtant pas ménagé ses efforts pour susciter l’intérêt du secteur de l’enseignement.

Autre défi qu’il faudra relever : le financement des actes posés par les hygiénistes.

N’est pourtant pas annoncé un euro de plus pour le secteur des soins dentaires. Pourtant le but premier de la création de cette nouvelle profession est de répondre à des besoins en soins non encore satisfaits, et non de systématiquement substituer le dentiste pour les soins préventifs.

Et comme le nombre de diplômés qui vont débouler sur le marché de l’emploi, en une fois, uniquement en Flandre, est TRES important, cela ne manquera pas de poser divers problèmes.

D’où l’importance d’intégrer cette nouvelle profession dans les schémas de planification, si toutefois la planification reste possible.

Si la publication au Moniteur de ce 30 mars marque une étape importante, il en reste bien d’autres à franchir, particulièrement en Fédération Wallonie Bruxelles.

Notre espoir est que la poursuite de l’intégration de cette profession se fasse au bénéfice exclusif de la Santé dentaire de la population, et dans un climat de meilleur respect de la concertation avec la Profession dentaire, profession qui porte ce projet depuis si longtemps.

Michel DEVRIESE

31 mars 2018

En savoir plus :

 

Des dentistes inquiets ?

 

Bien sûr, la création de cette nouvelle profession peut inquiéter certains dentistes. C’est bien normal, et nous le comprenons.

Pourtant, l’arrivée d’hygiénistes ne changera RIEN pour ces praticiens déjà investis dans le suivi préventif de leurs patients. Les dentistes continueront de réaliser les détartrages. Juste certains dentistes préfèreront confier leurs détartrages à des hygiénistes.

Le modèle à privilégier est bien sûr l’intégration d’hygiénistes dans des cabinets de groupe. Cette nouvelle profession devra aussi rencontrer des besoins non satisfaits jusqu’ici, comme par exemple assurer la prévention de personnes fragilisées, en maison de repos et de soins ou dans des institutions de personnes handicapées.

Mais il faudra certainement encore beaucoup de temps ... et de financement pour voir se développer une telle activité d’hygiénistes côté francophone. Car il faut d’abord que s’organise une formation de qualité. Et les budgets actuellement serrés ne permettent pas de développer de nouveaux projets.

Nous avons également posé la question de la planification des professions de santé. Si des hygiénistes sont formés, on pourra former un peu moins de dentistes. D’après une étude réalisée il y a quelques années, ce sont les dentistes spécialistes en orthodontie qui sont les plus susceptibles de s’adjoindre la collaboration d’hygiénistes, bien avant les dentistes spécialistes en parodontologie et les généralistes.

Enfin, il faut se rendre compte qu’aucun modèle de fonctionnement n’est imposé aux dentistes. Chacun est libre d’organiser sa pratique comme il l’entend. Ce n’est pas parce que certains cabinets intégreront des hygiénistes que ce modèle s’imposera pour tous les cabinets.

Une seule chose compte : l’intérêt de nos patients et de leur santé !

A ces dentistes inquiets, nous répondrons que ce débat existe dans toute la médecine. Voyez médecins spécialistes, généralistes, infirmières et aides-soignants. Ces professions peuvent s’organiser pour des soins efficients et au bénéfice de la santé du patient

 

Vous avez manqué un de nos derniers Dent@l-Infos ?

Retrouvez-les en cliquant sur les liens ci-dessous :

 

Retrouvez toutes les archives du Dent@l-Infos

 

Archives

Société de Médecine Dentaire asbl - Avenue De Fré 191 à 1180 Bruxelles

Tél : +32(0)2 375 81 75 - info@dentiste.be - www.dentiste.be

Rechercher
Ok
Accès Utilisateurs
News
30/08/2019
LE POINT 276 Sept. Oct
LE POINT N°276 Septembre - Octobre 2019 vient de paraître
2/07/2019
Félicitation aux jeunes promus
L'Université de Liège et l'Université Libre de Bruxelles ont...
1/07/2019
LE POINT 275 Juillet-Août
LE POINT 275 Juillet-Août 2019 vient de paraitre.
Nos partenaires
Newsletter
Inscrivez-vous à notre newsletter
Contact
Société de Médecine Dentaire asbl
Avenue De Fré, 191-1180 Bruxelles
Phone:
+ 32 2 375 81 75
Fax:
+ 32 2 375 86 12
Copyright Société de Médecine Dentaire asbl 2014 All rights reserved - Développé par EWAPPS S.A